Famille Beghuin

Dinant - Les Salaisons du Pont d'Amour

Les Salaisons du Pont d’Amour, c’est avant tout une histoire de famille, une vraie, car ici, en effet, toute la famille travaille à cette exploitation.

Les Salaisons du pont d’amour ont été fondées en 1926 par M. Mongeot.  Reprise en 1959 par le grand-père Beghuin, l’exploitation de cette activité se transmet de génération en génération.  Ce sont aujourd’hui les quatre sœurs Beghuin qui sont responsables de l’entreprise Dinantaise. 

Il est dans l’Adn de celle-ci de proposer aux clients des produits artisanaux.  En 2008, ils revoient leur méthode de production et décident de se concentrer sur la fabrication naturelle à la façon ancestrale.  Cette fabrication demande du temps : 20 semaines sont nécessaires pour la fabrication du cœur d’Ardenne. 

Huit à dix porcs par semaine sont achetés en carcasse à la ferme de la Waide (près de Liège). Cet éleveur met en avant la qualité de ses produits locaux et travaille en agriculture raisonnée.  Les porcs sont entièrement transformés à la Salaison du pont d’amour et ressortent sous forme de charcuterie ou de salaison.

La production

L’élevage où ils se procurent leurs porcs est en agriculture raisonnée. Ils travaillent le plus naturellement possible, les épices sont contrôlées et ils privilégient l’achat de leurs fournitures aux petits producteurs.

Ils n’utilisent aucun nitrite pour la conception des saucissons, pâtés, boudins et produits secs.

Ils n’utilisent pas de ferment dans les saucissons, les méthodes de fabrications sont longues mais naturelles. Les pâtés et les  saucissons ne contiennent aucun conservateur.

Ils sont en train d’élaborer des méthodes afin d’abolir la présence de phosphate dans leurs produits.

Leur ambition : aller vers un produit plus sain possible. 

Tout est conçu pour limiter l’utilisation d’énergie, le mode de production artisanal est très peu énergivore.  Les nouveaux séchoirs sont conçus pour éviter toute consommation électrique.